Go to our home page! Get in touch with us!
Comment nous transférer vos dons! Devenez un ami et soutenez-nous de manière régulière! Faites vos dons en ligne à travers une page web sécurisée. Fixez nos travaux futurs en se rappelant nous dans votre volonté Écrivez-nous!
Femmes appelées à la prêtrise

Femmes appelées à la prêtrise

Beaucoup de femmes dans le monde se sentent appelées aux ministères ordonnés. Des femmes se sentent appelées tout comme les hommes. Il y a toujours eu une conviction à l’intérieur de l’Église que la vraie vocation venait de Dieu et qu’il serait criminel d’étouffer de semblables vocations.

Des tests sur les femmes qui sont appelées démontrent que ces femmes sont aussi motivées spirituellement, aussi équilibrées et compétentes que les hommes. Comme se fait-il que l’Église ose présumer que la vocation d’une femme proviendrait moins de Dieu que celle d’un homme?

Sainte Thérèse de Lisieux mourait d’envie d’être prêtre.

Read the full story here!Thérèse se trouve derrière la table comme si c’était un autel. Elle tient une hostie à la main comme si elle était prêtre, prête à distribuer la sainte communion. Elle ne le pouvait pas, mais s’était imaginée en prêtre à ce moment « Si j’étais prêtre, O Jésus, avec quel amour je vous distribuerais aux fidèles ! » (Histoire d’une âme, p 187).

« Si j’étais un prêtre, comme je vous porterais dans mes mains avec amour lorsque vous descendriez du ciel à mon appel ; avec quel amour, je vous répandrais sur les âmes des fidèles. Je veux éclairer l’esprit des gens comme l’ont fait les prophètes et les docteurs. Je sens l’appel d’un apôtre. Je voudrais parcourir le monde en faisant connaître votre nom et en plantant votre croix sur les sols païens. » (P 95)

Thérèse insista pour avoir la tonsure pendant la maladie qui devait l’emporter. «Vous voyez, Dieu va me reprendre alors que je n’aurai pas eu le temps de devenir prêtre… Si j’avais pu devenir prêtre, j’aurais été ordonnée pendant ces ordinations du mois de juin. Pourquoi Dieu a-t-il fait cela ? Pour que je ne sois pas déçue, il m’a laissée être malade : de cette manière, je n’aurais pas pu être là et je mourrai avant de pouvoir exercer mon ministère.» (Témoignage de Sœur Céline, la sœur de Thérèse).).

Helen Blackburn témoigne de sa vocation.

Helen tells her story here!« J’aurais souhaité avoir été dans la cour du Doyen le 11 novembre 1992 quand on annonça que le Synode général de l’Église d’Angleterre avait voté en faveur de l’ordination des femmes à la prêtrise. Toutefois, j’étais à des milliers de kilomètres, transpirant dans la chaleur d’un collège de Lusaka où je travaillais comme volontaire.J’avais avec moi ma radio à ondes courtes et, j’écoutais anxieusement, assise à mon bureau lorsque les résultats furent proclamés par la BBC World Service. J’étais ravie pour mes sœurs anglicanes, mais je ne pouvais m’empêcher de me sentir un peu triste que nous, en tant que Catholiques romaines, nous ayons encore à attendre.

On pensait à moi au pays et ce fut amusant de recevoir tant de journaux anglais. La presse se gargarisait de grands titres tels que « Vicaires en sous-vêtements », mais heureusement que mon père eut la présence d’esprit de m’envoyer une superbe caricature extraite du Guardian, caricature qui eut la place d’honneur sur le mur de ma maison de Lusaka les dix-huit mois qui suivirent. C’est environ à ce moment-là que je commençai à sérieusement penser à mon avenir. Mon travail en Zambie me plaisait, mais je ne voulais pas y rester pour toujours. J’avais posé ma candidature à plusieurs universités et reçu quelques offres et finalement, je me décidai pour Edinbourg parce qu’il semblait qu’il y avait là un département de morale chrétienne et de théologie pratique particulièrement bon. Les femmes anglicanes seraient bientôt ordonnées, mais certaines d’entre nous devraient attendre longtemps. Je décidai de profiter de ce temps d’attente. Quelques années auparavant, j’avais écrit à un merveilleux prêtre catholique, Frère John Wijngaards, après avoir lu son livre : Did Christ Rule Out women Priests ? Il m’avait répondu et m’avait dit que nous devions croire que l’ordination des femmes allait arriver et il avait ajouté qu’il était important que je me prépare académiquement si je sentais l’appel du ministère ordonné. J’avais à l’époque vraiment pris ses paroles à cœur et j’y repensais lorsque j’acceptai l’offre d’Edinbourg d’étudier pour obtenir un diplôme de Bachelière en Religion Chrétienne. Lisez ici son récit en entier !

Extraits de notre courrier

* « Votre site est une inspiration pour moi chaque fois que je me sens déprimée. Je suis une Catholique appelée aux Ministères ordonnés et parfois, il m’arrive de dire à Dieu : « Pourquoi ne pas reprends-tu cet appel, pourquoi ne me laisses-tu pas aller mon chemin ? »Alors, je me branche sur votre site et je trouve le courage dont j’ai besoin pour croire à la vérité de mon appel. Soyez mille fois béni. »

*« Je suis diplômée d’une université américaine depuis peu ( j’ai obtenu un titre de bachelière en philo). Je suis aussi une Catholique Romaine et je sens que l’ordination devrait être ouverte aux femmes. J’ai été élevée dans la religion catholique et j’ai fréquenté des écoles catholiques depuis le niveau élémentaire jusqu’au collège ; j’ai consacré l’année dernière au discernement de mon appel à la prêtrise. Le résultat a été que j’ai consacré une bonne part de l’année à explorer les autres religions et que je me suis presque convertie à l’Église Épiscopalienne en mars 2002. J’ai toutefois décidé de rester au sein de l’Église dans l’espoir de me battre contre les injustices et de travailler en vue du changement. Je crois fermement dans la foi de l’Église Catholique Romaine et, même si la politique de Rome est injuste, j’ai été influencée par beaucoup de femmes et d’hommes qui se battent pour l’ordination des femmes pour des jeunes comme moi. Toutefois, quoique de telles personnes peuvent personnellement ressentir l’offense de l’opinion négative de l’Église sur l’ordination des femmes, ces personnes continuent à se battre, non pour elles-mêmes mais pour les jeunes femmes dans l’Église afin que Rome sache que nous pouvons aussi clairement que les hommes entendre l’appel de Dieu. Si vous avez besoin d’aide dans vos recherches ou de travail bénévole, j’aimerais me joindre à vous. Merci pour tout ce que vous faites. »