¿FEMMES PRêTRES? OUI!header

Responsive image

ENTRéE

SEPT RAISONS

DéFIER LE PAPE?

RéSUMéS

MENU

Nederlands/Vlaams Deutsch Francais English language Spanish language Portuguese language Catalan Chinese Czech Malayalam Finnish Igbo
Japanese Korean Romanian Malay language Norwegian Swedish Polish Swahili Chichewa Tagalog Urdu
------------------------------------------------------------------------------------
Règles pour une interprétation sûre de l’Écriture sainte

Règles pour une interprétation sûre de l’Écriture sainte

Les chrétiens des siècles passés ont commis des injustices flagrantes, justifiant leurs actes au moyen de citations bibliques. Ils ont assujetti d’autres être humains comme esclaves. Ils ont dénié leurs droits aux femmes. Ils ont favorisé le riche au détriment du pauvre. Ils ont colonisé d’autres races. Ce retour à des pratiques païennes est effectivement déplorable mais ce qui est encore plus scandaleux c’est que cela s’est fait en prétendant accomplir la volonté de Dieu. Des chrétiens ont justifié leur comportement non chrétien au moyen de citations tirées de l’Écriture !

Il existe un adage bien connu des théologiens selon lequel même le diable peut citer l’Écriture (voir Matthieu, 4, 6). L’histoire confirme ce risque. Des centaines d’hérésies ont été proclamées et des milliers de stupidités théologiques ont été écrites, justifiées par des textes de l’Écriture mal compris.

Le texte inspiré exige une lecture attentive. Pour parler, Dieu se sert d’auteurs humains et ce qu’ils disent en son nom suit les règles propres au langage humain normal. Dieu ne dit pas plus que ce que l’auteur ne veut dire.

Au cours des siècles, l’exégèse catholique, avec l’approbation des autorités religieuses, a formulé certaines règles essentielles qui nous aident à mieux comprendre le message inspiré. Ce n’est qu’en suivant ces règles que nous éviterons les pièges dans lesquels tant sont tombés.

Les règles de l’exégèse

1. Nous devons savoir ce que l’auteur veut dire avant de tirer de conclusion au sujet de ce que Dieu nous dit.

Ceci s’appelle le sens “littéraire” (et non le sens littéraliste !!). Le Concile Vatican II a reconnu cette règle.

2. Pour la plupart des textes, nous devons en rechercher le sens en analysant le genre littéraire adopté par l’auteur.

Cette règle, qui découle de la précédente, est dénommée règle du “genre littéraire”. Ceci aussi a été ratifié par Vatican II.

3. Nous ne pouvons attribuer à un auteur biblique des déclarations ou des assertions qui dépassent la portée qu’il a voulu leur donner.

Cette règle de la portée voulue découle des deux précédentes.

4. Nous devons distinguer les affirmations essentielles faites par l’auteur des rationalisations et des raisonnements faciles par lesquels il exprime ses opinions personnelles.

Manquer de repérer les rationalisations est souvent la source de sérieux malentendus vis-à-vis des intentions des auteurs scripturaires.

Texte de John Wijngaards.
Traduction française par Jacques Dessaucy.


This website is maintained by the John Wijngaards Catholic Research Centre.

John Wijngaards Catholic Research

since 11 Jan 2014 . . .

John Wijngaards Catholic Research

Si vous citez ce texte, merci d’indiquer la référence : www.womenpriests.org!