¿FEMMES PRêTRES? OUI!header

Responsive image

ENTRéE

SEPT RAISONS

DéFIER LE PAPE?

RéSUMéS

MENU

Nederlands/Vlaams Deutsch Francais English language Spanish language Portuguese language Catalan Chinese Czech Malayalam Finnish Igbo
Japanese Korean Romanian Malay language Norwegian Swedish Polish Swahili Chichewa Tagalog Urdu
------------------------------------------------------------------------------------
L’analyse de “Ordinatio Sacerdotalis” par Peter Hünermann

L’analyse de “Ordinatio Sacerdotalis”

par Peter Hünermann

7. Peter Hünermann, professeur à la Faculté catholique de Théologie de l’Université de Tübingen, Allemagne

Je désire être un prêtre de Jésu

Quelques livres parmi les nombreuses publications de Peter Hünermann :
* Streitgespräch um Theologie und Lehramt [Discussion à propos de théologie et d’enseignement] (1991)
*
Wissenschaft, kulturelle Praxis, Evangelisierung [Science, pratique culturelle, évangélisation] (1993)
*
Das neue Europa [La nouvelle Europe] (1993)
*
Demokratie [Démocratie] (1993)
*
Armut [Pauvreté] (1993)
*
Jesus Christus, Gotteswort in der Zeit. Eine systematische Christologie [Jésus-Christ, Parole de Dieu dans le temps. Une christologie systématique] (1994)
*
Ekklesiologie im Präsens. Perspektiven [Ecclésiologie au présent. Perspectives] (1995)
*
Gott, ein Fremder in unserm Haus? Die Zukunft des Glaubens in Europa [Dieu, un étranger dans notre maison ? L’avenir de la foi en Europe] (1996)
*
Diakonat. Ein Amt für Frauen in der Kirche [Diaconat. Une fonction pour les femmes dans l’Église] (en collaboration, 1997)
*
Papstamt und Ökumene. Zum Petrusdienst an der Einheit aller Getauften [La fonction papale et l’œcuménisme. Du service de Pierre à l’unité de tous les baptisés] (1997)
*
Und dennoch . . . [Et pourtant...]  (1998)
*
Das Zweite Vatikanum. Christlicher Glaube im Horizont globaler Modernisierung [Vatican II. La foi chrétienne en vue d’une modernisation globale] (1998)

Dans un livre sur “La discussion à propos des femmes prêtres dans l’Église catholique” [Frauen Ordination. Stand der Diskussion in der Katholischen Kirche, Walter Gross, Erich Wewel Publications, Munich 1996], Peter Hünermann analyse la position de Rome au cours de trois chapitres (voir pp. 83-96 ; 120-127 ; 129-146). Il y rejette les arguments de Rome relatifs à l’Écriture et à la tradition ainsi que les raisons théologiques avancées. L’auteur exprime à la fois sa surprise et sa désapprobation à propos de l’affirmation d’une “décision infaillible du magistère ordinaire et universel”. Pour terminer, il étudie le besoin d’un meilleur “raffinement” de la définition de ce qu’est le magistère, précisément parce que celui-ci s’est si souvent trompé, comme il le fait encore dans ce cas-ci.

En voici quelques extraits :

“L’expérience de l’Église au cours de l’histoire par rapport à sa fidélité à l’Évangile montre que celle-ci a été marquée par de fréquentes faiblesses et de nombreux contre-sens. Il est vrai que l’Église dans son ensemble ne peut se tromper dans la foi. Le Saint-Esprit la maintient de quelque manière dans la vérité de l’Évangile. Cependant cela ne veut pas dire que l’Esprit empêche l’Église de tomber dans de multiples erreurs et le désarroi. La promesse de l’Esprit-Saint à l’Église dans son ensemble concerne à l’évidence les vérités de foi centrales et fondamentales. En ce qui concerne ce noyau de vérités, l’Église a toujours - avec l’aide de l’Esprit-Saint et grâce à l’intervention de nombreux saints hommes et femmes - trouvé la force de prendre ses distances vis-à-vis des impasses et des erreurs, et aussi celle de se renouveler.”

“Puisque l’”indéfectibilité” (=nature de ce qui ne peut se tromper) de la foi dans l’Église correspond à l’”infaillibilité” du magistère, les deux choses ne peuvent-elles bénéficier d’une même interprétation en ce qui concerne la promesse du secours de  l’Esprit-Saint ? L’assistance promise de l’Esprit-Saint, sur laquelle se basent les conciles Vatican I et Vatican II quand ils affirment que les actes de l’autorité enseignante sont infaillibles afin que l’Église demeure dans la vérité, peut alors être considérée comme relative aux questions les plus fondamentales de la foi et de l’agir moral et non pas à toutes les questions plus secondaires et annexes concernant la foi et la morale.”

“Une telle idée prend tout son poids si l’on considère que les nombreux exemples de jugements erronés du magistère que j’ai mentionnés plus haut sont relatifs à ces questions plus périphériques de foi et de morale. Aussi pénible que ces épisodes aient été pour l’Église, ces égarements ont été corrigés après une période de temps relativement courte sans que la foi de l’Église dans son ensemble n’ait été mise sérieusement en péril. Avec tout le respect que j’ai pour le ministère du Pape actuel, je pense que l’insistance constante au cours des dernières années sur le magistère infaillible du Pape et des évêques rend encore plus urgent l’adoption de cette façon de penser”. Frauen Ordination, pp. 145-146.

Peter Hünermann

Aller à : Une conférence de Peter Hünermann

Traduction française par Jacques Dessaucy.

RETOUR vers le point de vue d’autres théologiens.


This website is maintained by the John Wijngaards Catholic Research Centre.

John Wijngaards Catholic Research

since 11 Jan 2014 . . .

John Wijngaards Catholic Research