¿FEMMES PRêTRES? OUI!header

Responsive image

ENTRéE

SEPT RAISONS

DéFIER LE PAPE?

RéSUMéS

MENU

Nederlands/Vlaams Deutsch Francais English language Spanish language Portuguese language Catalan Chinese Czech Malayalam Finnish Igbo
Japanese Korean Romanian Malay language Norwegian Swedish Polish Swahili Chichewa Tagalog Urdu
------------------------------------------------------------------------------------
La fonction de la femme diacre durant le baptême

La fonction de la femme diacre
durant le baptême

Comment juger la tradition?
* tradition scripturaire
* tradition dynamique
* tradition ‘latente’
* tradition bien documentée

Le baptême était un rite très important et bien élaboré dans l’Église primitive. Il était considéré presque d’égale importance avec la célébration de l’Eucharistie.

Pour comprendre le rôle crucial que jouaient les femmes diacres dans l’administration du baptême aux catéchumènes de sexe féminin, il faut en expliquer le rituel étape par étape. La succession des différentes parties pouvait varier d’un endroit à l’autre. Dans la description ci-dessous, lorsque l’on parle de "catéchumènes", il faut comprendre "catéchumènes de sexe féminin".

Rites préparatoires

La cérémonie du baptême débutait par plusieurs prières d’introduction, des litanies, des exorcismes et des invocations.

Profession de la foi

On vérifiait la foi des catéchumènes. Ici la diaconesse, qui avait assuré leur instruction, pouvait seconder les femmes.

La Statuta Ecclesiae Antiqua respecte une très ancienne tradition quand il déclare : "Les veuves et les religieuses qui sont choisies pour exercer le ministère de préparation de femmes au baptême doivent être si bien préparées à cette tâche qu’elles puissent enseigner à des paysannes sans instruction avec des paroles claires et nettes, pour leur apprendre à la fois comment répondre aux questions posées à la baptisée au moment du baptême et comment vivre après avoir reçu le baptême."

(Note : Les diaconesses avaient cessé d’exister en Occident au moment de la rédaction de la Statuta. Aussi la mention "veuves et religieuses" avait-elle été substituée à "diaconesses". Voir aussi Statuta c. 12 ; Pseudo-Jérôme, Sur l’Épître de saint Paul aux Romains, chap. 16 § 1.)

Onction avec l’huile des catéchumènes

À ce qu’il semble, à l’entrée du baptistère, le prêtre ou l’évêque qui officiait traçait un signe de la croix avec l’huile sainte sur le front des catéchumènes, en disant une prière de ce genre : "Je te marque de l’huile d’allégresse qui triomphe de toute violence commise par l’ennemi et par laquelle tu seras protégée au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit".

Ensuite, la femme diacre emmenait les catéchumènes dans le baptistère lui-même. Elle leur enlevait alors tous leurs habits et tous leurs ornements. La femme diacre enduisait alors toutes les parties du corps avec l’huile des catéchumènes.

Il est clair que tous les vêtements étaient enlevés et que tout le corps était enduit d’huile.

! La personne qui devait être baptisée était totalement dévêtue... Tous les ornements en or et en argent, et tous les vêtements, étaient ôtés... "Enduisez cette personne sur la poitrine, les bras, le dos, au creux des deux mains, etc." (Un ancien rite copte d’Égypte ; H. Denzinger, Ritus Orientalium, vol. I ; Würsburg 1863, pp. 192-214.)
! Celui qui baptise prend de l’huile d’olive et la verse dans le creux de sa main, puis en enduit le corps de la personne qui est baptisée" (un ancien rituel jacobite de Syrie, Ritus Orientalium, pp. 267-279).
! "Le diacre enlève tous les vêtements, ornements, boucles d’oreille et tout ce que porte le/la catéchumène..."
! "Celui qui baptise verse l’huile pour l’onction dans le creux de sa main et en enduit tout le corps du catéchumène, même entre les doigts des mains et les orteils de pieds, sur ses membres, sur le devant du corps et derrière." (Rituel de Jacob d’Edesse, en 950 après J.-C., Ritus Orientalium, pp. 279-288).
! "Le diacre enlève tous les vêtements du catéchumène ainsi que tout ce qu’il porte "....."Le prêtre prend l’huile de l’onction dans ses mains et en enduit tout le corps" (Rituel de Sévère d’Antioche, Ritus Orientalium, pp. 302-316).
! "Le diacre enduit le catéchumène sur tout le corps." (Un ancien rite maronite ; Ritus Orientalium, pp. 334-350.)

C’est à cette onction que se réfèrent la Didascalia Apostolorum (IIIème siècle) et les Constitutions Apostoliques 3,15 (IVème siècle).

"Ordonnez aussi une diaconesse qui soit fidèle et sainte, pour prendre soin des femmes. Car parfois on ne peut envoyer un diacre, qui est un homme, vers les femmes, en raison des non-croyants. Vous enverrez par conséquent une femme, une diaconesse, en raison des idées que se ferait le méchant. Car on a besoin d’une femme, d’une diaconesse, pour de nombreuses obligations ; à commencer pour le baptême des femmes, où le diacre oindra seulement leur front avec l’huile sainte, et après lui la diaconesse les oindra ; car il n’y a aucun besoin que les femmes soient vues par les hommes."

L’immersion dans l’eau

À partir des anciens rituels, nous pouvons reconstituer plus ou moins ce qui se passait ensuite.

Les anciens baptistères ressemblaient à de petits bassins, avec des marches conduisant dans l’eau.

La diaconesse conduisait la catéchumène en bas des marches, en allant d’ouest en est, de façon à ce que la catéchumène fasse face à l’est. Au milieu, le bassin faisait environ trois pieds de profondeur.

Selon certaines sources, l’évêque ou le prêtre (qui baptisait) descendait également dans le bassin. Cette personne alors plongeait trois fois le/la catéchumène dans l’eau, en prononçant une formule telle que : "Je te baptise au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit". Celui qui baptisait confiait alors la personne nouvellement baptisée au diacre ou à la diaconesse qui lui faisait remonter les marches, l’essuyait avec une serviette et l’aidait à revêtir un vêtement blanc.

Voici ce qui peut être une interprétation des Constitutions Apostoliques 3,16:

"Après que, soit vous, ô évêque, soit un presbytre sous vos ordres, ait prononcé sur eux la formule solennelle au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, et les ait plongés dans l’eau ; qu’un diacre accueille l’homme et une diaconesse accueille la femme, de sorte que l’administration de ce sceau inviolable se déroule selon la décence qui sied. Et après cela, que l’évêque procède à l’onction de ceux qui sont baptisés.

Il est aussi possible, et même probable, que l’immersion elle-même soit faite par le diacre ou la diaconesse tandis que la formule baptismale soit prononcée soit par eux soit par l’évêque ou le prêtre qui se tient en dehors du baptistère. L’immersion d’un catéchumène de sexe féminin par la diaconesse semble avoir dû respecter les indications suivantes :

! L’expression "accueillir" dans les formulations "un diacre accueille l’homme" et "une diaconesse accueille la femme" peut avoir signifié à l’origine "immerge". Nous trouvons cette expression dans certains rituels de baptême.
! Le souci que "aucun homme ne voie une catéchumène nue" ( Const. Apost. 3,15) et que l’administration du baptême soit faite "avec décence comme il convient" (AConstitutions postoliques 3,16) exigent que la diaconesse assure l’onction sur tout le corps et l’immersion.
! La Didascalia semble sous-entendre ceci lorsqu’elle indique : "Mais qu’un homme prononce sur eux dans l’eau l’invocation des Noms divins".
! L’opposition aux "des femmes qui baptisent" de certains Pères de l’Église d’Occident (par ex. Tertullian; Statuta Ecclesiae Antiqua) et que l’on retrouve dans les Constitutions Apostoliques 3,9 reflète à l’évidence un engagement plus direct des diacres, hommes et femmes, dans certaines parties de l’Église.

L’onction avec le saint chrême

L’onction avec le saint chrême, notre actuel sacrement de confirmation, était faite ensuite par l’Évêque ou le prêtre, avec l’aide du diacre ou de la diaconesse.

Retour à Women Deacons - Overview?

Introduction? Vue d'ensemble? Manuscrits? Recherche?
On peut maintenant obtenir la documentation complète sur tous
les anciens textes des diaconesses
en texte imprimé!

This website is maintained by the John Wijngaards Catholic Research Centre.

John Wijngaards Catholic Research

since 11 Jan 2014 . . .

John Wijngaards Catholic Research

"Lorsque vous citez ce document,
veuillez signaler S.V.P qu'il est publié par www.womenpriests.org !"