¿FEMMES PRêTRES? OUI!header

Responsive image

ENTRéE

SEPT RAISONS

DéFIER LE PAPE?

RéSUMéS

MENU

Nederlands/Vlaams Deutsch Francais English language Spanish language Portuguese language Catalan Chinese Czech Malayalam Finnish Igbo
Japanese Korean Romanian Malay language Norwegian Swedish Polish Swahili Chichewa Tagalog Urdu
------------------------------------------------------------------------------------
Manuscrit du Vatican, gr. 1872

Manuscrit du Vatican, gr. 1872

Comment juger la tradition?
* tradition scripturaire
* tradition dynamique
* tradition ‘latente’
* tradition bien documentée

L'ordination de diaconesses dans la tradition Grecque/ Byzantine

Ce manuscrit de la bibliothèque du Vatican, couvert de parchemin blanc, a été rédigé avant 1100, selon Jean Morin qui l'a inspecté. Le manuscrit est incomplet. De plus, le service du diaconat reflète une pratique postérieure en ce qui concerne le diacre, par exemple, par la lecture des formules d'ordination rédigées sur papier. Le rituel pour l'ordination des diaconesses a été bien évidemment copié sur un texte plus ancien (comparez avec les manuscrits Barberini gr 336 et Grottaferrata gr. Gbl), mais il incorpore plusieurs changements postérieurs, par exemple un prêtre à la place de l'(Arch)evêque lui présente le calice.

Le manuscrit a été publié et traduit en latin par Jean Morinus, dans Commentarius (sic!) de Sacris Ecclesiae Ordinationibus, publ. Kalverstraat, Anvers 1695; pp 78-81.

Texte traduit du Grec et du Latin et mis sur Internet par John Wijngaards.

Dans le texte original, l'ordination du diacre et de la diaconesse sont décrites séparément. Je les publie en regard l'une de l'autre pour bien montrer que les deux ordinations sont vraiment les mêmes.


‘L'ordre qu'il faut observer dans l'Ordination (cheirotonia ) des Diacres dont nous avons fixé l'âge à 25 ans.’ Prières dites à l'occasion de l'ordination (cheirotonia)d'une diaconesse.
Après l'offertoire sacré, quand les portes (du sanctuaires) ont été ouvertes et quand l'Archidiacre a proclamé : "Que ses miséricordes soient…", avant que le Diacre ne commence la litanie "Tous les Saints", le postulant est amené à la sainte table par l'Archidiacre à la droite de l'Evêque. L'Archidiacre remet un écrit à l'Evêque. Et après que l'Archidiacre a demandé : "Prêtons attention !", l'Evêque lit ce qui est écrit à tous les auditeurs réunis debout autour de lui. Après l'offertoire sacré la postulante au diaconat est amenée devant l'Archevêque.
Voici ce qu'il dit : "Divine grâce qui toujours guérit les infirmités et donne des compensations pour tout ce qui nous manque, élève au diaconat Untel, ce sous-diacre très dévôt. Prions donc pour que la grâce de l'Esprit Saint descende sur lui" Et après l'exclamation, il dit la formule "Grâce Divine".
Pendant que tous disent "Seigneur aie pitié", le postulant plie le genou droit devant la sainte table. L'Archevêque lui trace trois fois le signe de la croix sur le front et lui tenant la main imposée sur la tête, prie ainsi: Pendant qu'elle incline seulement la tête, l'Archevêque lui impose la main sur le front, fait trois fois le signe de la croix et prie ainsi:
[On ne trouve pas dans ce manuscrit la prière d'ordination.] "Seigneur Dieu et Tout Puissant, par l'incarnation de votre Fils Unique notre Dieu né d'une Vierge, vous avez sanctifié le sexe féminin. Vous avez accordé non seulement aux hommes, mais aussi aux femmes la grâce et le don du Saint Esprit. Seigneur regarde ta servante et consacre-la à la tâche de ton diaconat et verse en elle le don riche et abondant de ton Esprit Saint.
Garde-la dans une foi droite et une conduite irréprochable. Accorde-lui de toujours poursuivre son ministère (leitourgia) avec cette foi droite selon ta volonté.
Car en toi…", etc.
L'Archevêque commence alors les intercessions appropriées à voix basse, mais de telle sorte que les Diacres qui l'entourent puissent l'entendre et répondre. "Prions le Seigneur en paix. Pour la paix céleste. Pour elle, pour notre père et l'Archevêque Untel, pour son ministère, l'aide, la persévérance, la paix, la santé,le travail de ses mains et pour Untel qui maintenant a été élevé à la dignité de Diacre, pour sa santé, prions le Seigneur. Puisse le Seigneur miséricordieux et aimant lui accorder un diaconat sincère et sans tâche, prions le Seigneur. Pour le très dévôt (Empereur), pour la ville, pour la libération de tous nos frères chrétiens. Très sainte et très immaculée Mère de Dieu, viens à notre secours ! Après quoi le Diacre récite les prières diaconales (= les intercessions) citées plus haut.
Après quoi, l'Evêque lui impose la main, en priant: Et l'Evêque, toujours gardant la main sur la tête de la postulante, prie ensuite ainsi:
Dieu, notre Sauveur, d'une voix immortelle, tu as prédit et annoncé d'abord à tes Apôtres, le ministère du Diacre et d'Untel....
(à voix haute )
Car tu es Dieu de miséricorde etc (sic!)
"Seigneur, notre Maître, ne rejette pas les femmes qui se consacrent à toi et qui veulent, juste comme tu l'as prescrit, te servir dans ta Sainte Demeure, mais admets-les dans l'ordre de ton Ministère ( leitourgôn ).
Accorde également le don de ton Esprit-Saint à ta servante qui veut se consacrer à toi et remplir la charge du ministère du diaconat, de la même façon que tu as accordé cette grâce à ta servante Phoébé que tu avais appelée au travail du ministère (leitourgia ).
Accorde-lui Seigneur qu'elle puisse persévérer sans faute dans ton Saint Temple, qu'elle puisse soigneusement veiller à son comportement particulièrement en modestie et en chasteté.
De plus, rends parfaite ta servante de telle sorte qu'elle puisse se tenir droite devant le trône du jugement de ton Christ, qu'elle puisse être trouvée digne de jouir de ton excellente compagnie et reçoive par toi la récompense par la miséricorde et l'humanité de ton Fils unique.
Ensuite, il le revêt d'une étole (horarion ). Et, lui ayant baisé les mains, lui remet le saint éventail et le conduit auprès de la table sacrée. Ensuite le Diacre, debout devant le lutrin, dit: "En mémoire de tous les saints…" Après quoi, il place l'étole du diaconat (to diakonikon horarion ) autour du cou, sous son foulard de femme (maphorion ), en arrangeant les deux extrémités par devant. Le Diacre qui se trouve devant le lutrin dit alors : "En mémoire de tous les saints…"
Quand arrive le moment de la communion, le nouvel ordonné reçoit le premier parmi les Diacres, la communion aux mystères sacrés des mains de l'Evêque. Il est le premier à recevoir de l'Evêque le pain et le calice. Quand le Patriarche a communié ainsi que tous les autres membres (du clergé), le nouvel ordonné distribue la communion à tous les fidèles. Après qu'ils ont tous communié, il retourne à la table sainte. Quand, (au moment de la communion) elle a communié, le prêtre lui tend le calice. Elle accepte et, sans distribuer la communion, le dépose sur la sainte table et s'en va.

Une analyse de ce rite d'ordination démontre que l'ordination d'une diaconesse est le même que celui du diacre et indubitablement sacramentel.

Traduction française par François Bourguignon.

Introduction? Vue d'ensemble? Manuscrits? Recherche?
On peut maintenant obtenir la documentation complète sur tous
les anciens textes des diaconesses
en texte imprimé!

This website is maintained by the John Wijngaards Catholic Research Centre.

John Wijngaards Catholic Research

since 11 Jan 2014 . . .

John Wijngaards Catholic Research

"Lorsque vous citez ce document,
veuillez signaler S.V.P qu'il est publié par www.womenpriests.org !"