¿FEMMES PRêTRES? OUI!header

Responsive image

ENTRéE

SEPT RAISONS

DéFIER LE PAPE?

RéSUMéS

MENU

Nederlands/Vlaams Deutsch Francais English language Spanish language Portuguese language Catalan Chinese Czech Malayalam Finnish Igbo
Japanese Korean Romanian Malay language Norwegian Swedish Polish Swahili Chichewa Tagalog Urdu
------------------------------------------------------------------------------------
L’ordination des diaconesses dans la tradition syriaque

L’Ordination des Diaconesses dans La Tradition Syriaque

Un ancien rituel de l’ordination syriaque a été retrouvé dans un manuscrit du 16 ème siècle (Codex Syriacus vaticanus ,n° 19), copié grâce aux bons soins de Joseph, Métropolite des Indes. Le contenu est de manière évidente, beaucoup plus ancien, remontant bien avant 100 Avant Jésus-Christ.

Les textes sont tirés des Ritus Orientalium, ed H. Denzinger, Würsburg 1864; l’ordination des diacres aux pages 229-233. l’ordination des diaconesses, aux pages 261-262. Comme l’explique l’éditeur, l’ordination des diaconesses est abrégée, avec des lacunes qui doivent être comblées par le texte de l’ordination des diacres.

Texte traduit du latin et mis en ligne par John Wijngaards.

‘L’ordination (cheirotonia) des diacres’ ‘L’ordination (cheirotonia) des diaconesses’
(Rites d’introduction. Les postulants sont amenés devant l’autel.)
‘L’Evêque se tient debout sur l’estrade de l’autel. Le postulant est couché, prostré devant lui, sous la lampe du sanctuaire.’
‘Au commandement de l’Evêque, la postulante est amenée dans le sanctuaire pendant la liturgie sacrée. L’archidiacre la présente à l’Evêque ’
Prières d’introduction , au cours desquelles l’Evêque déclare:
«Eclaire-moi, Seigneur. O Seigneur dispense ton pouvoir sur tes servants que voici de sorte qu’ils puissent accomplir les mystères de ton ministère en sainteté et les remplir de ta grâce.»
Prières d’introduction , au cours desquelles l’Evêque déclare:
«Eclaire-moi, Seigneur. O Seigneur, dispense ton pouvoir sur ta servante que voici de sorte qu’elle puisse accomplir les mystères de ton ministère en toute sainteté et remplir de ta grâce.»
‘L’archidiacre dit aux postulants de plier le genou droit et pas le gauche. Les postulants mettent leurs deux mains sur leurs oreilles avec les doigts pointés vers le haut.
L’Evêque impose sa main droite sur la tête de celui qui va être ordonné tout en étendant la main gauche en signe de prière. Il dit d’une voix assourdie: (ekphorese, première prière d’ordination)
‘Elle reste debout les mains jointes et la tête baissée, elle s’incline en avant car, comme elle est femme, il n’est pas considéré convenable qu’elle plie les genoux.
[L’Evêque impose sa main droite sur la tête de celle qui va être ordonné tout en étendant la gauche en signe de prière. Il dit d’une voix assourdie (=ekphorese, première prière d’ordination)]
«Oh bon Dieu, notre Roi, toi qui est si plein de miséricorde. Tu es riche en miséricordes et tu abondes en clémence. Dans ton ineffable bonté, O Seigneur, tu m’as fait l’intermédiaire de tes dons divins dans ta sainte Eglise, de sorte que je puisse dispenser en ton nom aux ministres de tes mystères sacrés les talents du ministère de l’Esprit Saint. Selon la tradition apostolique qui nous est parvenue par l’imposition des mains du ministère ecclésial, nous vous présentons vos serviteurs afin qu’ils deviennent diacres, élus dans votre Sainte Eglise. Et que la grâce du Saint Esprit puisse descendre sur eux, qu’elle puisse les remplir et les dédier aux oeuvres de ce ministère, pour lequel ils sont présentés par la grâce de votre Fils Unique à qui nous rendons maintenant gloire, honneur, reconnaissance et adoration.»

«Oh bon Dieu, notre Roi, toi qui est plein de miséricorde. Tu es riche en miséricordes et abondes en clémence. Dans ton ineffable bonté, O Seigneur, tu m’as fait l’intermédiaire de tes dons divins dans ta sainte Eglise, de sorte que je puis dispenser en ton nom aux ministres de tes mystères sacrés les talents du ministère de l’Esprit Saint.Selon la tradition apostolique qui nous est parvenue par l’imposition des mains du ministère ecclésial, nous vous présentons votre servante pour qu’elle puisse devenir diaconesse, élue dans votre Sainte Eglise. Et que la grâce de l’Esprit Saint puisse descendre sur elle, qu’elle puisse la remplir et la dédier aux oeuvres de ce ministère pour lequel elle vous est présentée par la grâce et la miséricorde de votre Fils Unique à qui nous rendons maintenant gloire, honneur, reconnaissance et adoration.»

L’Evêque lui trace une croix sur la tête. Ils répondent «Amen». L’Archidiacre dit une prière. L’Evêque lui trace une croix sur la tête. Elle répond: «Amen». L’Archidiacre dit une prière.
Ensuite l’Evêque leur impose la main droite sur leurs tête tout en étendant la main gauche en signe de prière. Il dit ( à haute voix) par-dessus leurs têtes baissées (= seconde prière d’ordination) [Ensuite l’Evêque lui impose la main droite sur la tête tout en étendant la main gauche en signe de prière. Il dit (à haute voix) par-dessus la tête baissée (= la seconde prière d’ordination)]
« Seigneur, Dieu fort et tout puissant. Tu es glorieux et saint. Tu gardes l’alliance, la grâce et la vérité pour ceux qui te craignent et qui garde tes commandements. Par ta grâce, tu as fait connaître la vérité à toute l’humanité dans la manifestation de ton Fils Unique, notre Seigneur Jésus-Christ, une manifestation qui est arrivée par l’incarnation. Vous avez élu votre sainte Eglise et établi en elle les prophètes, les apôtres,, les prêtres et les professeurs pour l’éducation de vos saints. Vous avez aussi institué pour elle des diacres chastes pour le ministère glorieux de vos glorieux et saints mystères. De même qu’auparavant, vous aviez choisi Etienne et ses compagnons, ainsi, Seigneur, dans votre miséricorde, accordez à vos serviteurs le don du Saint Esprit afin qu’ils puissent être choisis comme diacres dans votre Sainte Eglise et qu’ils puissent servir à votre autel d’un cœur pur et avec une conscience claire. Qu’ils puissent briller dans les œuvres de justice pour le ministère de votre don de la vie et pour les mystères divins, et qu’ils puissent mériter de recevoir de vous pour leur ministère pur et saint, la récompense céleste le jour de la rétribution par la grâce et la miséricorde de votre Fils Unique à qui, en même temps qu’à vous-même, nous rendons gloire, honneur, accomplissement et adoration.» «Seigneur, Dieu fort et tout puissant, vous avez tout fait par le pouvoir de votre parole et vous tenez les mondes que vous avez créés à votre volonté sous votre commandement. Vous trouvez votre plaisir à la fois dans les hommes et les femmes et il vous plaît d’accorder le don du Saint Esprit aux deux. Maintenant aussi, Seigneur, dans votre miséricorde, élevez votre pauvre servante à la bonne œuvre du diaconat et accordez lui qu’elle puisse accomplir son grand et sublime ministère devant vous sans tâche et qu’elle puisse être préservée sans éprouver de mal dans tout les dons de la vertu. Puisse-t-elle instruire l’assemblée des femmes, leur apprendre la chasteté et accomplir ses tâches qui lui sont propres de manière droite. Puisse-t-elle mériter de recevoir de vous une récompense pour ses bonnes œuvres le grand et glorieux jour de la révélation de votre Fils Unique puisqu’à vous et au Saint Esprit la gloire, l’honneur, le merci et l’adoration vous sont dus.»

Ceci était-il la prière complète?
  Note ajoutée::
‘L’Evêque lui met les mains sur la tête, mais pas du tout pour une ordination (chirotoniae) , mais bien pour une bénédiction. Et il prononce sur elle une prière silencieuse.’
   

Seulement une bénédiction?

La note disant que l’imposition des mains de l’Evêque est ‘une simple bénédiction’ est évidemment une glose tardive ajoutée par un copiste à une époque où on n’acceptait plus de femmes diacres. Les raisons de cette conclusion sont les suivantes:

  1. Cela contredit explicitement le reste du texte, où cheirotonia, ‘l’imposition des mains’ est utilisée dans son sens sacramentel complet. Dans la prière ekphorèse, l’Evêque dit s’en réfèrer explicitement à l’imposition des mains comme à l’ordination au ministère ecclésial.
  2. La seconde prière d’ordination pour les diaconesses, même si elle a été tronquée dans les éditions postérieures, se réfère encore au ‘diaconat’, comme ‘ministère de l’Esprit’ etc.
  3. Le parallélisme avec l’ordination du diacre mâle n’aurait aucun sens. Pourquoi voudrait-on que les mêmes prières et la même imposition des mains équivalent à une vraie ordination pour un homme et ne soit qu’une simple bénédiction pour une femme?

Une prière d’ordination tronquée?

Ceux qui ont ajouté la glose sur le fait que l’imposition des mains était seulement une prière, ont pu également tronquer la seconde prière d’ordination, oubliant certaines phrases comme une invocation à l’Esprit Saint plus claire Même si dans l’état présent l’invocation à l’Esprit est mentionnée. C’est aussi clair dans la prière d’ekphorèse.

Une vrai analyse de ce rite d’ordination démontre que l’ordination de la diaconesse est la même que celle du diacre et sans aucun doute qu’elle est sacramentelle.

Introduction? Vue générale? Manuscrits? Recherches?
On peut obtenir sous forme imprimée une complète documentation sur
les anciens documents se rapportant aux diaconesses!

This website is maintained by the John Wijngaards Catholic Research Centre.

John Wijngaards Catholic Research

since 11 Jan 2014 . . .

John Wijngaards Catholic Research

"Lorsque vous citez ce document,
veuillez signaler S.V.P qu'il est publié par www.womenpriests.org !"