¿FEMMES PRêTRES? OUI!header

Responsive image

ENTRéE

SEPT RAISONS

DéFIER LE PAPE?

RéSUMéS

MENU

Nederlands/Vlaams Deutsch Francais English language Spanish language Portuguese language Catalan Chinese Czech Malayalam Finnish Igbo
Japanese Korean Romanian Malay language Norwegian Swedish Polish Swahili Chichewa Tagalog Urdu
------------------------------------------------------------------------------------
Nous rencontrons Dieu à travers l’amour quotidien
link bar Email Resignation My Focus Life Story Publications


Nous rencontrons Dieu à travers l’amour quotidien

Le christianisme se compose d’un ensemble de réalités sociales et matérielles : cathédrales, églises, écoles et cimetières ; hiérarchie, jours de fête, coutumes et pratiques ; bibles, livres de prières, recueils d’hymnes et missels ; sacrements, séminaires, symboles et synodes. Cependant, aucun de ces aspects extérieurs du christianisme, nécessaires parce qu’ils viennent en aide à notre nature humaine, ne constitue l’essence du christianisme.

La réalité essentielle, la seule chose qui importe, c’est l’action de Dieu dans notre cœur. “Le règne de Dieu est parmi vous” (Luc 17, 21). Puisque nous sommes corps aussi bien qu’esprit, Dieu nous rencontre grâce à des signes que nous pouvons voir, entendre et toucher. Mais le résultat final de l’action divine est une transformation intérieure qui guérit et sanctifie même le corps, de l’intérieur.

Nous, chrétiens, nous exprimons cette conviction en disant que nous avons reçu l’Esprit de Dieu. Son Esprit vit en nous. À travers son Esprit, nous pouvons penser, sentir, parler et agir d’une manière renouvelée. Grâce à la présence de cet Esprit en nous,  nous connaissons Dieu d’une façon intime, toute nouvelle. Nous nous sentons remplis de force et réconfortés, prêts à entreprendre des tâches difficiles ou à endurer de rudes épreuves. L’Esprit de Dieu nous rend heureux, optimistes, nous fait aborder les autres avec une attitude positive. L’Esprit de Dieu nous aide à être aimables, compréhensifs et patients. L’Esprit nous inculque une toute nouvelle manière de distinguer ce qui est important de ce qui ne l’est pas.

Les racines de l’Esprit réside au plus profond de nous, dans notre nature créée. Si nous réfléchissons un peu, nous découvrirons en nous-mêmes une soif d’absolu, une envie d’atteindre l’infini. C’est cela que Platon décrit lorsqu’il parle d’"eros", cet amour naturel qui est en nous et nous fait rechercher le beau mais qui, finalement, ne peut être satisfait que par un bien supérieur. D’autres appellent cela “la capacité de l’homme à une auto-transcendance créative”, ou “la quête sans fin et sans limite”. Il ressort clairement aussi bien de l’expérience mystique que de l’analyse philosophique que l’origine comme le but de cet élan dynamique est la réalité ultime, c’est-à-dire Dieu.

Les mystiques de tous les âges, qu’ils soient taoïstes, hindous, soufis, chrétiens ou de n’importe quelle religion partagent cette expérience universelle de l’"Esprit".

Nous, chrétiens, pensons que le Christ nous a amenés à avoir une conscience élevée de ce même Esprit. On plutôt : en nous recréant intérieurement, le Christ a déclenché en nous l’action de l’Esprit au plus haut niveau. Ce que l’on exprime parfois en disant qu’il nous a donné son propre Esprit. Cette activité spirituelle, qui est l’amour de Dieu agissant en nous, constitue sa loi nouvelle et notre juge intérieur. Cette présence nouvelle de Dieu en nous est l’essence de la vie chrétienne. Son signe distinctif est cet amour qui brûle dans notre cœur.

Quand le Nouveau Testament parle d’amour, il fait appel au meilleur de notre nature humaine. L’amour, c’est d’abord le respect de l’autre qui conduit à un engagement désintéressé. L’amour que Jésus demande dans l’Évangile nous pousse à laver les pieds des autres, à donner à manger à ceux qui ont faim, à vêtir ceux qui sont nus, à prendre soin des malades, à accueillir les étrangers, à visiter les prisonniers et à servir plutôt que d’attendre d’être servis. Si vous aimez les autres de l’amour du Christ, vous dites la vérité même si elle vous embarrasse ; vous pardonnez aux autres leurs fautes ; vous présentez l’autre joue plutôt que de vous venger ; vous priez pour ceux qui disent du mal de vous et vous persécutent. L’amour du Christ nous ouvre les yeux de sorte que nous pouvons aimer les autres pour ce qu’ils sont, non pas pour ce que nous pouvons en obtenir. Cela demande que nous consentions à des sacrifices et que même nous donnions notre vie si nécessaire.

Dieu est Amour

Celui qui a mes commandements et les observe, nous assure Jésus, je me manifesterai à lui” (voir Jean 14, 21). En mettant en pratique l’amour de Jésus nous aurons une expérience directe de lui. Cet amour que nous ressentons et mettons en pratique, c’est véritablement l’action de Dieu en nous. Par cet amour nous sommes en contact direct avec Dieu lui-même. C’est Dieu qui nous remplit de son amour, qui manifeste cet amour aux autres par notre intermédiaire.

L’amour vient de Dieu
et quiconque aime
est né de Dieu
et parvient à la connaissance de Dieu.

Qui n’aime pas n’a pas découvert Dieu,
puisque Dieu est amour.

1 Jean 4, 7-8

Dieu nul ne l’a jamais contemplé.
Si nous nous aimons les uns les autres,
Dieu demeure en nous,
et son amour, en nous, est accompli.

À ceci nous reconnaissons
que nous demeurons en lui et lui en nous :
il nous a donné son Esprit (d’amour).

1 Jean 4, 12-13

Dieu est amour :
qui demeure dans l’amour
demeure en Dieu
et Dieu demeure en lui.

1 Jean 4, 16

Le sens de ces textes est absolument clair. Lorsque nous nous efforçons d’être honnêtes et d’aimer, quand nous essayons d’être bienveillants envers les autres, de défendre leurs droits, de les traiter avec respect, que nous sommes disposés à les aider même s’il nous en coûte, que nous sommes patients et que nous pardonnons aux autres plutôt que de leur vouloir du mal, bref, lorsque nous essayons de mettre en pratique le commandement d’amour de Jésus, nous savons que les attitudes et les actes qui surgissent de nous manifestent l’Esprit de Dieu. Nous ne faisons pas allusion ici à des actes extraordinaires de sacrifice de soi ; nous parlons de nos efforts quotidiens pour exprimer notre amour à travers nos relations. Le message remarquable que nous offre l’Écriture sainte est que, précisément, de telles expériences vécues en nous y révèlent la présence de Dieu.

Dieu qui, le premier, nous a créés, qui nous a dotés dès l’origine de la capacité d’avoir un amour transcendant, nous permet maintenant grâce au Christ d’accroître notre capacité d’exprimer véritablement cet amour et d’avoir une action positive. N’est-ce pas une découverte merveilleuse de trouver que cette vie intérieure qui est en moi, que je connais si bien parce qu’elle fait partie de mon combat quotidien, est le signe tangible de la présence de Dieu en moi ?

Comment rencontrons-nous Dieu ?
En donnant et en recevant l’amour !

Beaucoup de chrétiens comprendront de quoi je parle à partir de leur propre expérience spirituelle. Certains qui n’ont pas reçu une instruction suffisante ou qui ont perdu leur chemin dans le labyrinthe du monde extérieur pourraient demander si je ne suis pas en train d’exposer publiquement une interprétation personnelle et limitée de l’Écriture. Pour eux, permettez-moi d’expliquer comment ce que j’ai dit est précisément l’enseignement de St Augustin (354-430), évêque d’Hippone, cet éminent Docteur de l’Église qui nous a laissé tant de textes classiques de la théologie catholique. Écoutons ce qu’il a à nous dire :

“Nous savons que Dieu vit en nous. Comment le savons-nous ?
St Jean nous dit : «Parce qu’il nous a donné son Esprit».
Mais comment savons-nous que Dieu nous a donné son Esprit ?
Cherchez dans votre cœur. Il est rempli d’amour ; vous possédez l’Esprit de Dieu.”

Traité sur les Lettres de St Jean, 8, 12

“Peut-être me direz-vous : je n’ai pas vu Dieu.
Me diriez-vous : Je n’ai pas vu d’être humain ?
Aimez votre prochain. Si vous aimez votre prochain que vous voyez, par le fait même vous verrez Dieu. Car vous verrez l’amour lui-même et Dieu vit au cœur de l’amour.”

Traité sur les Lettres de St Jean, 5,7

“Qui n’aime pas son prochain ne peut voir Dieu ? Pourquoi ?
Parce qu’il ne possède pas l’amour.
S’il possédait l’amour, il verrait Dieu, car Dieu est amour.”

Traité sur les Lettres de St Jean, 9, 10

Qui n’aime pas les autres, demeure en dehors de l’amour et donc en dehors de Dieu car «Dieu est amour»... Si, au lieu de regarder les gens de manière purement humaine, vous les aimiez d’un amour spirituel, vous verriez Dieu qui est amour lui-même. Vous verriez Dieu d’un regard intérieur qui seul peut vous permettre de voir Dieu.”

Au sujet de la Trinité, 8, 12

St Augustin montre que nous pouvons connaître Dieu précisément parce que nous avons conscience de l’amour qui est en nous. Cette expérience même est celle-ci : celle de nos sentiments envers les autres ; nos tentatives de les comprendre et de leur tendre la main ; notre joie et notre émotion lorsque nous établissons des contacts humains ; notre désir d’être honnête et d’être utile aux autres S en bref : faire l’expérience pratique de notre amour quotidien est la réalité par laquelle nous connaissons Dieu.  Repassons la parole à St Augustin :

“Puisque nous aimons les autres à travers l’amour, et que «Dieu est amour», c’est par Dieu que nous les aimons. Nous ne pouvons aimer qu’en aimant d’abord l’amour lui-même par lequel nous pouvons donner l’amour. Dès lors, l’amour de Dieu et l’amour des autres ne sont qu’une seule et même chose.”

Au sujet de la Trinité, 8, 12

“Quoi !? Du fait que vous aimez l’amour lui-même vous aimez Dieu ?
Oui, exactement !
En aimant l’amour, vous aimez Dieu. Avez-vous oublié qu’il a été dit dans l’Écriture : «Dieu est amour» ? Si Dieu est amour, quiconque aime l’amour, aime Dieu.”

Traité sur les Lettres de St Jean, 9, 10

“Ne permettons à personne de dire : Je ne sais pas ce que j’aime. Qu’il aime son prochain, alors il aimera l’amour lui-même. En fait, il connaîtra l’amour avec lequel il aime mieux que les gens qu’il aime.
Par conséquent, Dieu - qui est amour - sera mieux connu de lui que son prochain ; mieux connu parce que Dieu est plus présent ; mieux connu parce que Dieu est plus intérieur ; mieux connu parce que Dieu est plus sûr.”

Au sujet de la Trinité, 8, 12

“Sans aucun doute, si l’amour habite une personne, il ou elle est le temple de Dieu. Car Dieu est amour.”

Sermons, 350, 1

“Le Saint-Esprit qui est lui-même Dieu, une fois donné à un être humain, enflamme en cette personne l’amour pour Dieu et pour les autres parce que l’Esprit lui-même est amour.”

Au sujet de la Trinité, 15, 31

Comment Dieu peut-il être si intérieur en nous ? Notre énergie humaine, notre esprit ne sont rien moins qu’une manifestation de l’Esprit de Dieu.

Extrait de God Within [Dieu à l’intérieur] de John Wijngaards, Collins, Fount 1988, chapitre 19

Texte de John Wijngaards.
Traduction française par Jacques Dessaucy.


This website is maintained by the John Wijngaards Catholic Research Centre.

John Wijngaards Catholic Research

since 11 Jan 2014 . . .

John Wijngaards Catholic Research